Berlin 2013

Dernière journée

Notre dernier jour à Berlin s'est passé sous une pluie neigeuse et glaciale. Nos valises faites, les chambres rangées et notre petit-déjeuner pris, nous sommes retournés voir l'Eglise du Souvenir. 

Après avoir été dans la partie moderne construite postérieurement à la 2e Guerre mondiale, nous nous sommes rendus dans l'ancienne. Réalisée après la mort de l'empereur Guillaume Ier, elle est couverte de mosaïques de style néoroman qui rappellent celles du Sacré-Coeur de Montmartre dans leur facture, même si le thème est évidemment très différent.

A la suite de cette présentation, nos élèves ont pu profiter une ultime fois des tentations berlinoises. On peut faire les soldes aussi bien à Berlin qu'à Paris et ils ne s'y sont pas trompés ! Il nous fallait pourtant rentrer, et à 13H30 nous avions passé les contrôles. Les moments précédents l'embarquement ont permis à certains d'entre nous de se reposer de ce séjour bien chargé.

A 15h50 nous décollions pour Paris. Quelques minutes après le départ, l'hôtesse est venue nous trouver et a invité deux d'entre nous à assister dans le cockpit à l'atterrisage, c'est une faveur rare que les heureux élus ont apprécié à sa juste valeur !

Nous voilà maintenant tous dans nos foyers. Les organisateurs remercient tous les participants de leur bonne humeur, de leur bonne volonté, et espèrent que tous garderont de ces 5 jours berlinois le meilleur souvenir possible.

 

Retour à Paris et perturbations RER

Nous rentrons à Paris demain en fin d'après-midi par le vol AF2035 en provenance de Berlin Tegel qui partira à 15h50 et arrivera à Paris Roissy-Charles-De-Gaulle, terminal 2F, à 17h35.

Cependant, pour tous ceux qui rentrent en transport en commun, le RER B est en travaux. Il n'y aura demain aucun train entre Roissy-CDG et Aulnay-sous-Bois. Des bus de remplacement seront mis en place, mais il est nécessaire de prévoir un allongement du temps de transport.

De Kreuzberg au Reichstag

Quelle journée !

Menashé Kadishman, Feuilles mortes, installation dans le Musée juif de BerlinC’est sûrement pour notre dernier jour à Berlin que nous avons fait le plus de marche à pied ! D’abord, nous nous sommes rendus au Musée Juif de Berlin. Cet imposant bâtiment en métal sombre ne présente paradoxalement aucune entrée et c’est par un charmant petit édifice baroque qu’il faut pénétrer dans ce lieu si impressionnant. L’architecte Daniel Liberkind a conçu une œuvre complexe, froide et de laquelle se dégage pourtant une puissance évocatrice rarement égalée. Les structures des deux bâtiments sont étroitement liées soulignant ainsi que le destin des juifs allemands est indissociable de l’histoire du pays tout entier. Après avoir descendu quelques marches, nous nous sommes retrouvés dans un long couloir blanc coupé seulement de deux axes, l’un menant à un jardin clos et symbolisant l’exil, et l’autre aboutissant à un espace glacial, obscur et oppressant, la tour de l'Holocauste. C’est certainement ici que la formule de Dante s’applique le mieux : Lasciate ogne speranza, voi ch'entrate ! Durant la visite, nous avons vu une installation de l’artiste israélien Menashé Kadishman. Des visages en métal, tous différents, sont posés à même le sol et le visiteur doit marcher dessus déclenchant ainsi un bruit rappelant celui des wagons plombés amenant les déportés dans les camps. L’œuvre est forte et ne peut laisser indifférent ! La visite s’est conclue par une découverte de personnalités juives berlinoises comme Moïse Mendelssohn, une des figures de proue de l’Aufklärung allemande.

Le groupe devant le Grand Autel de PergameAprès cette expérience éprouvante, nous sommes partis à la découverte du quartier de Kreuzberg, temple du Street Art. Malheureusement pour nous, nos investigations n’ont pas été couronnées de beaucoup de succès et nous n’avons pas vu d’œuvres spontanées mais en revanche quelques-unes réalisées pour des magasins de cycles ou des associations sportives.

Nous avons changé complètement d’univers en nous rendant au Pergamonmuseum. Avant d’entrer dans le musée, nous nous sommes arrêtés quelques minutes devant le chantier du château de Berlin qui est en pleine reconstruction. Cela nous a permis d’expliquer le projet, les enjeux qui le sous-tendent et également l’histoire de l’Ile des Musées.

Au Pergamon, nous nous sommes concentrés sur trois œuvres majeures. D’abord le somptueux grand autel de Pergame et ses frises sculptées, puis la porte de Milet pour finir par la sublime porte d’Isthar. L’allée des Lions et les céramiques bleues de la porte ont beaucoup impressionné nos élèves. Il est vrai que l’on a rarement l’occasion de voir de tels chefs-d’œuvre !

Enfin, notre journée marathon s’est terminée au Reichstag et nous avons pu monter dans sa célèbre coupole. Siège du Bundestag, l’assemblée nationale allemande, l’édifice a été coiffé d’une majestueuse coupole en verre qui domine la ville. Norman Foster a souhaité souligner dans l’architecture la transparence politique nécessaire au fonctionnement de toute démocratie.  Si le vertige a pris certain, ce fut pour beaucoup l’occasion de découvrir Berlin sous un autre point de vue et de nuit.

Nous sommes rentrés à l’auberge de jeunesse ; fourbus et satisfaits de tant de découvertes ! Reste maintenant à se préparer pour le départ et à faire les valises !  

La coupole du Reichstag de Norman Foster

Une journée historique !

Le groupe à l'Université HumboldNotre programme d'aujourd'hui a été très copieux ! Cette fois, pas de grands maîtres ni de chefs-d’œuvre artistiques, mais une visite très enrichissante du Musée de l'Histoire allemande. Situé sur Unter den Linden et installé dans l’ancien arsenal de la cour royale, le musée s’étend sur deux étages et présente des pièces d’archives, des tableaux, des vestiges archéologiques illustrant l’histoire germanique. C’est d’abord le Moyen-âge qui a retenu notre attention, Charlemagne n’a pas inventé que l’école, d’après le musée on lui doit aussi la naissance de l’Allemagne. Installé de façon chronologique, le nombre d’œuvres s’accroît fortement au moment de la Réforme. Autour de Luther et de ses 95 thèses, publiées en 1517, se crée un vaste mouvement tant religieux que politique qui débouche sur une rupture confessionnelle dès la décennie 1530. Plusieurs gravures de Lucas Cranach, souvent très drôles, sont présentées pour illustrer le rôle de l’imprimerie dans cette révolution des mentalités. Malgré tout, l’intérêt de nos élèves s’est davantage porté vers les périodes plus récentes, l’après-guerre, le IIIe Reich puis la Guerre froide qui clôt la rétrospective du musée. Une Trabi, des affiches, des maquettes, des objets, de quoi rendre concret des idées souvent abstraites. Il aurait aussi fallu rester dans ces lieux plusieurs heures pour apprécier à sa juste valeur l’ensemble des pièces proposées… Encore un site où il faudra retourner !La französischer Dom sur le Gendarmenmarkt

Avant de déjeuner dans le quartier de la Friedrichstrasse, nous sommes passés voir la Neue Wache et l’Université Humbold qui a accueilli des philosophes comme Marx, ou Hegel, des historiens comme Mommsen ou encore Albert Einstein ; nos élèves ont inscrit leurs pas dans ceux de leurs prestigieux devanciers !

L’après-midi a été consacrée à la découverte du Gendarmenmarkt et de ses cathédrales, la française et La porte de Brandebourgl’allemande, puis nous nous sommes rendus au Musée du Mur au niveau du fameux Check Point Charlie. Ce petit site présente une histoire du mur sous l’angle américain. Il permet de voir tous les moyens utilisés pour passer à l’Ouest et réussir le choix de la liberté. ULM, caches secrètes dans les camions, montgolfière, sous-marin même, tout était bon pour gagner la RFA !

Ensuite nous avons dirigé nos pas vers le Mémorial de l’Holocauste. Cette vaste esplanade située à quelques mètres de la porte de Brandebourg est un espace étrange : c’est un champ de stèles noires, anonymes, dressées sur un terrain presque mouvant tant il semble irréel. La nuit tombante renforçait l’impression sinistre de ce lieu qui commémore de façon si abstraite les victimes de la barbarie nazie.

Enfin, c’est à la porte de Brandebourg que nous avons fini notre parcours. Symbole de la ville, cet arc de triomphe a connu tous les affres de l’histoire de Berlin. Aujourd’hui, la porte et la Parizer Platz voisine ont retrouvé leur dynamisme et la Brandenburger Tor est devenue le trait d’union entre les deux parties d’une ville si longtemps séparée.

Berlin d'Ouest en Est

C'est aujourd'hui que nous avons véritablement commencé notre découverte de Berlin, et c'est un parcours autour des grandes places de la ville qui nous a occupé.

Le matin, c'est à Berlin-Ouest que nous nous sommes arrêtés. Après quelques minutes de métro, nous sommes arrivés à la Potsdamer Platz. C'est un vaste complexe inauguré au début des années 2000 couvert par une structure imaginée par Renzo Piano. La place était jusqu'en 1989 coupée en deux par le Mur de Berlin et les traces de cette séparation sont encore marquées aujourd'hui dans la ville ! Nos élèves ont ainsi pu voir leur premier vestige du Mur.

Ensuite nous avons traversé le Sony Center pour gagner la zone du Kulturforum. Cet ensemble architectural a été mis en place en pleine Guerre froide et s'organise autour de nombreux musées, de la Philharmonie à la Bibliothèque d'Etat. Ne pouvant tout faire et tout voir, nous n'avons visité "que" la Gemäldegalerie, immense pinacothèque qui présente tant de chefs-d’œuvre qu'il est impossible de les citer tous. Nos élèves ont cependant pu admirer quelques Botticelli, plusieurs toiles de Raphaël, Rembrandt, Van Dick ou encore Rubens et découvrir le si charmant tableau du Caravage "Omnia vincit amor". La visite aurait mérité plusieurs heures, quel dommage d'avoir dû être si superficiel !Grande salle de la Philarmonie de Berlin

Heureusement que c'était pour une bonne cause ! A 13 heures, nous étions attendus à la Philharmonie pour une visite passionnante. Construite entre 1960 et 1963, cette salle est exceptionnelle tant par la qualité de son acoustique que par son design ! Imaginée par Hans Scharoun selon les principes de "l'architecture organique", elle est construite pour qu'aucun des spectateurs ne puisse manquer Notre groupe sur l'Alexanderplatzune minute ni une note d'un concert du Berliner Philharmoniker. Faite par une jeune guide allemande parlant un français parfait, le parcours proposé était stimulant et a passionné beaucoup de nos élèves ! Pendant que nous visitions la salle de concert, de fortes bourrasques nous ont fait craindre une après-midi compliquée. Qui l'eut cru ? L'après-midi, fut sèche !

Encore un tour de métro et nous nous sommes retrouvés sur l'Alexanderplatz. Cœur de l'ancienne RDA, elle présente plusieurs monuments dignes d'intérêt. Outre la Tour de Télévision, plus haut monument de Berlin, nous avons parcouru la fameuse Karl-Marx-Allee, Champs-Elysées socialistes mais aujourd'hui bien défraîchis... Puis, nos élèves ont profité librement du quartier après avoir pu contempler l'horloge universelle et la fontaine de la fraternité des peuples. Des vestiges d'une époque révolue mais parfaitement intégrée aux monuments plus récents postérieurs à la RDA... Un résumé de l'histoire de Berlin en quelques mètres !

   

Samedi16DécembreSemaine 50 | AliceYDernier croissant

Please update your Flash Player to view content.